Tous les articles par pourlavision

Les nouvelles lampes, les LED. Bon marché = bonne santé ?

Un article de David Boukris

Capture d’écran 2016-05-21 à 23.32.38

Avant toutes explications, il est nécessaire de savoir ce qu’est une LED, ses propriétés, ses caractéristiques et dans quelle catégorie de lampe les classer.

Les LED sont une source de lumière artificielle produite à partir d’électricité au même titre que les lampes à décharges ou lampes à incandescence. Ces dernières sont les plus couramment utilisées mais la tendance actuelle vise à les remplacer par les diodes électroluminescentes (LED). En effet les modes d’éclairage actuel sont en déclin au profit des LED qui produisent plus de luminance pour moins d’énergie consommée et avec une durée de vie plus grande.  Continuer la lecture de Les nouvelles lampes, les LED. Bon marché = bonne santé ?

Assemblée générale 2016

  • L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE 2016 de l’association « C.R.O.- Tous Unis pour la Vision » se tiendra le :

LUNDI 30 MAI 2016 à 14H
Au Centre de Recherche des Cordeliers
15, rue de l’ Ecole de Médecine
75006 PARIS (M° Odéon)
Salle des thèses, Escalier C, RdC

Ordre du jour :

  • Accueil des participants par la Présidente, Pr. Gisèle Soubrane
  • Approbation du compte-rendu de l’Assemblée Générale du 16 mars 2015 – vote
  • Rapport moral – vote
  • Rapport de gestion sur les activités et les comptes de l’Association durant l’exercice clos le 31 décembre 2015 – affectation des fonds disponibles. Vote
  • Budget prévisionnel 2016 – montant, gestion. Vote
  • Conseil d’administration 2016 : renouvellement. Présentation des candidats
  • Présentation scientifique – Cécile Lebon : Prix « Yves Pouliquen » 2015
  • Perspectives – propositions
  • Question diverses.

« Le voyant » de Jérome Garcin

Un livre magnifique, une leçon de vie à lire d’urgence par les mal voyants et tous les autres

Le dernier livre de Jérome Garcin « Le voyant » est un livre d’espoir pour tous ceux qui ont perdu la vue, ou ont peur de la perdre … mais pas seulement . Un livre à lire aussi par tous !
L’aveugle résistant tel est le bandeau qui accompagne ce livre.
Le Voyant, c’est la vie incroyable de Jacques Lusseyran, né en 1924, devenu aveugle à 8 ans suite à un accident à l’école. Ce qui ne l’a pas empêché de devenir résistant à 16 ans, d’enseigner aux États-Unis, d’écrire des livres. Il a tout de suite perçu que cette perte et cette différence seraient sa force. Tout de suite, il a développé d’autres sens, et vécu dans un monde extraordinaire de sons, d’odeurs, de sensations … et aussi d’amour et d’amitié.
Le Voyant peut aussi se lire comme l’extra-lucide ! La nuit dans laquelle Jacques Lusseyran était plongé lui permettait aussi de vivre dans une grande lumière.
« J’ai su très tôt, dira-t-il plus tard, en se souvenant de son enfance, que la cécité me protégerait contre une grave misère : celle d’avoir à vivre avec les égoïstes et les sots. Car seuls venaient à moi ceux qui étaient capables de générosité et de compréhension.
Son handicap visuel n’a pas empêché Jacques Lusseyran d’entrer dans la Résistance à 16 ans, de créer un réseau « Les Volontaires de la Liberté » dont il sera le chef. Il sera également arrêté, déporté à Buchenwald et en reviendra.
Martin Scorcese a le projet d’un film autour de ce personnage inouï … peu connu en France.
C’est tout le mérite du livre de Jérome Garcin, de faire revivre Jacques Lusseyran. Jérome Garcin, journaliste, animateur du « Masque et la Plume », écrivain, qui au fil de son livre ravive la mémoire d’un homme incroyable au destin inouï. Ce que l’on pourrait qualifier d’exercice d’admiration.
C’est en effet un parcours extraordinaire que raconte le livre. Une vie d’homme, de professeur contraint d’aller exercer aux États-Unis, l’enseignement lui étant interdit en France !
Un destin exceptionnel, non dénué d’ombres. Un homme qui a été marié trois fois, a eu des enfants et a trouvé la mort à 47 ans dans un accident de voiture !

Un livre lumineux, qui donne force et courage. « Le Voyant »  élève  l’âme, l’esprit et le cœur, et incite à vivre les yeux grand ouverts, sans détourner le regard .

Anne Marie Jourdan

 

Remise du prix Pouliquen 2015

La remise du prix Yves Pouliquen 2015 aura lieu le LUNDI 29 JUIN 2015, à 12H.
Salle Pierre et Marie Curie
Au Centre de Recherche des Cordeliers
15, rue de l’Ecole de Médecine
75006 PARIS    ( M° Odéon)
Chaque année, le C.R.O. ( Centre de Recherche d’ophtalmologie), décerne le  » Prix Yves POULIQUEN » à un lauréat.
Cécile LebonCette année, il sera remis à Cécile LEBON et lui permettra de terminer ses travaux de thèse.
La thèse de Cécile LEBON porte sur l’étude des mécanismes moléculaires et cellulaires impliqués dans une dégénérescence rétinienne génétique,    l’ataxie spino-cérébélleuse SCA7), sous la direction du Docteur Alicia Torriglia dans l’équipe du Pr Francine Behar-Cohen.
Le Professeur Yves POULIQUEN, Directeur de notre Unité de Recherche d’Ophtalmologie jusqu’en 1998, actuellement Membre de l’Académie de Médecine et de l’Académie Française, nous fera l’honneur de remettre lui même cette récompense à Cécile.
Les Professeurs Giséle Soubrane ( Présidente du CRO), Francine Behar-Cohen ( Trésorière du CRO), les membres du Conseil d’administration et de nombreux adhérents de l’association seront présents.

Exposition : La recherche de l’art

Public : tout public

Lieu : Centre de recherche des cordeliers, salle Club, 15 rue de l’école de médecine 75006 Paris
Dates et horaires : du 31 mars au 9 avril 2015, de 9h à 18h30. Vernissage le 30 mars à 17h.

Télécharger la brochure

vignette_contour_mediumDepuis 2011, « La recherche de l’art » permet à des étudiants de deuxième année l’École nationale supérieure de la photographie (ENSP) d’évoluer dans des laboratoires de recherche de l’Inserm.Cette année, la possibilité a été donnée à quatre étudiants de deuxième année d’effectuer des résidences dans trois laboratoires du Centre de Recherche des Cordeliers à Paris.
Chacun à leur manière, en fonction de leurs sensibilités et de leurs connaissances de l’univers de la science, ils ont dû répondre au double défi qui leur a été soumis : s’affranchir suffisamment des codes de la science pour éviter la littéralité, et donner à voir, au public comme aux chercheurs, une vision différente de la science.Quatre grandes thématiques ont été développées par les étudiants :

  • « La déformation » : la question de la vision et de ses mécanismes étudiés dans le laboratoire d’ophtalmologie du Centre des Cordeliers, offre la possibilité à B. Bellabas d’un regard transversal – entre art et science – sur l’expérience visuelle et l’image en tant que sujet offert aux sens. Il s’agit de reconsidérer à travers l’image et ses virtualités numériques ce qui se pose à l’origine de la photographie : qu’est-ce donc vraiment ce que l’on voit ?
  • « L’identification » à travers les dents, la bouche, la mâchoire. Ce sont les éléments d’un organe à la fois intime et constituant une interface entre soi et le monde. Le laboratoire de physiopathologie orale moléculaire a ouvert à Rebecca Topakian un vaste terrain d’exploration dont le dénominateur commun reste la mâchoire comme marqueur identitaire. D’une dentition de star à une dysmorphie avancée, à quel rapport au monde notre sourire nous détermine-t-il ?
  • Les « stratégies » à travers le corps qui possède un étonnant système de défense contre le « non-soi ». De nombreuses stratégies existent face à l’invasion d’agents étrangers. Le laboratoire d’immunologie a mené Camille M. au cœur de la matière afin d’observer l’anatomie de ces batailles. A quoi ressemble cet « autre monde » ?
  • Et enfin « l’héritage », thème transversal englobant bagage de connaissances, patrimoine génétique et architectural du monde dont nous sommes tous héritiers, porteurs. C’est avec les équipes de recherche des laboratoires de microenvironnement immunitaire, tumeurs et biotechnologie des anticorps qu’Anne-Sophie Tritschler a revisité ce thème aux multiples facettes. Les scientifiques tentent de mettre le monde en boîte pour en comprendre les plus infimes mécanismes. Résultats d’expériences et échantillons sont attestés par l’image, tout est conservé, publié, archivé. Si le savoir est accessible par l’image comment procède la recherche pour décortiquer le monde? Quelles images de ce monde léguons- nous à nos semblables ?

 

À quoi servent vos dons ?

L’angiographie à fluorescéine et au vert d’indocyanine sont les examens de l’œil qui permettent une analyse précise des anomalies circulatoire de la rétine. En clinique, ce sont des moyens irremplaçables pour connaître l’état des vaisseaux du fond d’œil, en particulier chez les patients atteints de rétinopathie diabétique et de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).
Dans notre laboratoire, nous créons un modèle de néovascularisation choroïdienne induit par laser chez le rat et la souris, le seul modèle de la DMLA néovasculaire, pour tester de nouvelles molécules thérapeutiques. L’angiographie est utilisée pour évaluer in vivo la progression de la néovascularisation dans le temps. Pour ce faire, un colorant fluorescent est injecté dans la veine de la queue de l’animal, les angiogrammes sont obtenus de façon non-invasive aux phases précoces (1-3 minutes après injection du colorant) et tardive (6-8 minutes après injection du colorant) avec une caméra rétinienne dédiée à l’imagerie du petit animal.

L’animal (rat ou souris) est maintenu avec la main gauche de l’expérimentateur, devant la caméra. On observe sur l’écran, les vaisseaux du fond d’oeil.
L’animal (rat ou souris) est maintenu avec la main gauche de l’expérimentateur, devant la caméra. On observe sur l’écran, les vaisseaux du fond d’oeil.

Les images seront ensuite examinées selon les scores qui décrivent la taille des néovaisseaux et l’intensité de la fluorescence. L’observation en angiographie permet de sélectionner les molécules les plus efficaces pour réduire les néovaisseaux. Les résultats des traitements sur l’animal, sont transférables en clinique humaine.

L’angiographe (HRA II- Sanotech) utilisé pour les expérimentations décrites, a été financé en septembre 2014, grâce à la générosité des adhérents du CRO que nous remercions très chaleureusement.
L’angiographe (HRA II- Sanotech) utilisé pour les expérimentations décrites, a été financé en septembre 2014, grâce à la générosité des adhérents du CRO que nous remercions très chaleureusement.